Deutsch   English   Fran├žais   Italiano  
<91ea72ba-a85c-4991-b38e-f5ee4b76287co@googlegroups.com>

View for Bookmarking (what is this?)
Look up another Usenet article

X-Received: by 2002:a37:5bc3:: with SMTP id p186mr6661159qkb.401.1594761720786;
        Tue, 14 Jul 2020 14:22:00 -0700 (PDT)
X-Received: by 2002:a25:acd5:: with SMTP id x21mr10918136ybd.400.1594761720515;
 Tue, 14 Jul 2020 14:22:00 -0700 (PDT)
Path: ...!news-out.google.com!nntp.google.com!postnews.google.com!google-groups.googlegroups.com!not-for-mail
Newsgroups: fr.rec.arts.litterature
Date: Tue, 14 Jul 2020 14:22:00 -0700 (PDT)
Complaints-To: groups-abuse@google.com
Injection-Info: google-groups.googlegroups.com; posting-host=176.159.188.228; posting-account=RH7FIgkAAADgoq4tsvFSdesRMvVbbPfC
NNTP-Posting-Host: 176.159.188.228
User-Agent: G2/1.0
MIME-Version: 1.0
Message-ID: <91ea72ba-a85c-4991-b38e-f5ee4b76287co@googlegroups.com>
Subject: =?UTF-8?B?bGVzIMOpbMOpbWVudHM=?=
From: Fend la bise <gus.goodboy@laposte.net>
Injection-Date: Tue, 14 Jul 2020 21:22:00 +0000
Content-Type: text/plain; charset="UTF-8"
Content-Transfer-Encoding: quoted-printable
Bytes: 3350
Lines: 30

Ce besoin de grands espaces me prend de plus en plus souvent. Un besoin fur=
ieux de me sentir traverser par l'Univers en entier. Un besoin primaire, un=
 retour en une sorte d'animalit=C3=A9, une urgence  tapie au fond de mes en=
trailles. Ce d=C3=A9sir indescriptible de se mesurer aux choses, un vertige=
 de vivre, braver le froid, enjamber des Oc=C3=A9ans, gravir pics et cimes,=
 reste =C3=A0 savoir pourquoi .
Je prends plaisir d=C3=A9licieux =C3=A0 sentir le vent iod=C3=A9 br=C3=BBle=
r mes paupi=C3=A8res, chargeant des petits tas infimes, petits tas de sel, =
si fins sur la surface de mes cils ; le poids t=C3=A9nu de la nature, me fr=
otter aux roches de calcaire, chauffer ma peau nue sur les blocs de granit,=
 nature immuable, placide ... c'est un leurre ! L'=C3=A9nergie en mouvement=
, parfois violente, le plus souvent imperceptible. Les =C3=A9l=C3=A9ments c=
huchotent mais nous ne savons plus pr=C3=AAter l'oreille, alors, ils se reb=
ellent parfois, et nous ne comprenons pas, nous sous sentons soudain si pet=
its, mais =C3=A7a ne dure pas, et l'orgueil, et la folie, l'homme.
Un jour que je nageais un peu plus au large que d'accoutum=C3=A9, je fus bi=
ent=C3=B4t pris dans un courant marin d'assez forte puissance, je commen=C3=
=A7ais dans un premier temps =C3=A0 paniquer l=C3=A9g=C3=A8rement et =C3=A0=
 forcer un peu sur mes mouvements plus t=C3=B4t lin=C3=A9aires et coul=C3=
=A9s, bandant muscles en tirant sur les =C3=A9paules et les bras. Rien n'y =
faisait, redoublant d'efforts je reculais encore ... Puis, je me calmais na=
turellement cessant de lutter =C3=A0 contre courant, contre l'=C3=A9l=C3=A9=
ment. Je tirais partis de la force en mouvement et nageais avec le courant =
en prenant le risque de m'=C3=A9loigner plus encore de la c=C3=B4te.
Quelques minutes pass=C3=A8rent, =C3=A0 glisser sans peine dans cette eau f=
ilante, qui me portait , m'enveloppait de sa force, puis le courant cessait=
 subitement, ou bifurquait je ne sus ; je regagnais une plage =C3=A0 quelqu=
es centaines de m=C3=A8tres de crawl. Mes muscles, mes tendons, ma peau, to=
ut me br=C3=BBlait et pourtant, je ressentais une certaine pl=C3=A9nitude b=
=C3=A9ate, une satisfaction et un plaisir =C3=A9norme, celui d'avoir un ins=
tant communi=C3=A9 avec  la force de la Nature.